Bannière du site "RUE Doc"
Vous êtes ici : Accueil > Gérer le Cdi > La mutualisation de notices bibliographiques
Publié : 17 août 2007
Format PDF Enregistrer au format PDF

La mutualisation de notices bibliographiques

Sous-­thèmes
Traitement du document
Indexation

Réinvestissement ou usages envisagés
La sitographie va permettre un travail de signalement des ressources existantes. Ce travail
pourrait ouvrir une réflexion au niveau académique autour de l’ échange et la mutualisation
des notices, et plus largement sur les pratiques de chacun dans le travail de traitement
documentaire.

Participants
- Samuel Baning-Lover
- Christelle Courteville,
- Françoise Leroux


La mutualisation de notices bibliographiques

Ce document présente une réflexion non exhaustive sur la mutualisation de notices bibliographiques, sous la forme d’un questionnaire de Quintilien. Il renvoie également vers des liens utiles tant pour ceux qui souhaitent mutualiser leur travail que pour ceux qui veulent importer des notices dans leur base documentaire.

"Le métier de documentaliste appelle une bonne organisation du temps ; dans un contexte technologiquement évolué, il faut gagner du temps sur les tâches techniques : ainsi le traitement documentaire doit faire appel a maxima aux récupérations de données. On observe déjà aujourd’hui des documentalistes qui récupèrent la quasi-totalité des notices de leur fonds documentaire, libérant ainsi du temps pour être disponible pour les élèves et les enseignants."
DURPAIRE, Jean-Louis. "La formation des élèves à la maîtrise de l’information : cadre institutionnel et acteurs". Les Dossiers de l’ingénierie éducative, avril 2007, n°57, p. 6.

Pourquoi ?

Pourquoi se servir du travail mutualisé par d’autres collègues ?
- Pour alléger le travail de saisie et dégager ainsi du temps pour les actions pédagogiques
- Pour confronter son travail à celui des autres et ainsi l’enrichir.
- Pour aider au choix des nouvelles acquisitions.

Pourquoi mutualiser son travail ?
La mutualisation implique des principes de partage et de réciprocité. S’engager dans un tel projet suppose de mettre à disposition son travail en espérant profiter de celui des autres.

Quoi ?

Quoi mutualiser ?
- Des questions en lien avec le métier (listes de diffusion, blogs de documentalistes...)
- Des pratiques pédagogiques
- Des opérations documentaires : bibliographies, sitographies, notices... Nous ne nous intéresserons ici qu’à la mutualisation de notices.

Comment ?

  • En respectant des procédures d’exportation et d’importation
  • En suivant des normes de saisie
    • Un article de Séverine Quéro propose de faire le point sur les principes du catalogage et de la description intellectuelle des documents. Documentation Rouen
  • En mettant à disposition son travail personnel et/ou en respectant un protocole propre à un groupe de mutualisation
    • Des exemples de protocoles :
      • Les Professeurs Documentalistes, Scérén, Crdp, 2006, collection « Le Livre Bleu » p. 86.
      • Mutualisation LP. Formdoc.
  • En adaptant les notices à son fonds documentaire et à son public
    • Le catalogage, c’est-à-dire la description physique du document, ne pose pas de problème de récupération à partir du moment où les normes ont été respectées.
      En revanche, la description intellectuelle doit relever d’une approche orientée usager. L’indexation et le résumé s’inscrivent dans une gestion à visée pédagogique. Le professeur documentaliste ne peut donc pas insérer des notices dans sa base sans les retravailler.

Où ?

Savoirs CDI propose une liste de liens permettant la récupération (payante ou gratuite) de notices.
Plus particulièrement, la page suivante renvoie vers des sites proposant des notices téléchargeables gratuitement et issues d’un travail de mutualisation entre documentalistes.

Post-scriptum

Mis en forme et en ligne par Ghislain Chasme